fbpx

Un cinquième portrait, un beau rendez-vous avec Flavie Melançon. L’étudiante en cinéma de l’UQAM a connu un premier contact avec Petite-Vallée lors du spectacle « La grande réunion autour du feu », présenté en octobre 2017 au MTelus à Montréal. Quelques mois plus tard, elle débarquait réaliser un documentaire sur le Festival!

Flavie Melançon

« Mon histoire avec le festival débute en octobre 2017.  » Karkwa et Octobre se réunissent pour Petite-Vallée  »

J’avais déjà une image positive du festival sans même y avoir posé les pieds. J’assiste au légendaire spectacle.

Puis, survient le déclic. En voyant tous ces gens rassemblés, en entendant des artistes et toutes sortes de personnes reliées de près ou de loin au festival en parler avec tant d’émotion, je me demande alors ce qui le rend si spécial et important pour générer un tel élan de solidarité.

Allumée par cette question et par un véritable instinct, je me lance et j’écris à l’équipe du festival en utilisant mes plus belles formules de politesse. Accompagnée de mes deux acolytes Julien et Thomas, je veux venir vivre et tourner un documentaire sur le renouveau du festival.

Tout de suite, une réponse positive de Marc-Antoine. Tout de suite, je me sens accueillie et appuyée dans ce projet.

Je vis donc mon premier festival dans ce que les habitués appellent « la transition ».

Je suis instantanément charmée par l’esprit de famille qui règne sur la Longue Pointe. Les « vous » de mes courriels se transforment rapidement en « tu ».

J’ai à ce moment la certitude que mon instinct ne m’a pas trompé, que ce projet a sa raison d’être et qu’il changera ma vie.

Les journées sont intenses, mais magiques. Le temps se suspend lors des jams du Mixbus Studio de l’épatant Jacob, où les artistes, les employé-e-s et les festivalier-ères chantent sans filtre. Je me surprends souvent moi-même à chanter.

Julien, Thomas et moi avons un accès privilégié à l’histoire des gens du village, aux artistes. L’authenticité et la joie de vivre y est palpable. Il n’y a pas de hiérarchie, de jugement, de distance entre les générations: tout le monde se rassemble autour de la musique. Mes amis et moi ne cessons d’être touchés par la simplicité et la résilience des gens du Village en chanson.

J’y fais des rencontres importantes professionnellement, mais avec le coeur surtout: Cherry Chérie, Raphaël, pour ne nommer que celles-ci.

Les couchers (et levers!) de soleil m’habitent encore.

C’est donc avec beaucoup d’excitation que je reviendrai avec mes merveilleux acolytes et autres ami-e-s montréalais-es cet été afin de continuer d’immortaliser cette transition qui est en fait le plus beau des renouveaux.

Je suis extrêmement reconnaissante et fière de faire partie de cette grande famille.

Mon histoire avec le festival est loin d’être terminée…

À bientôt, Petite-Vallée! » – Flavie Melançon.