fbpx

Nouvelle journée, nouvelle chorale au Chapiteau Québécor de Grande-Vallée. Cette fois chapeau de cow-boy et bottes de cuir étaient de rigueur : 125 chanteurs et musiciens gaspésiens ont interprété les plus grands classiques country du Québec et d’ailleurs.

Sous la direction de Guylaine Fournier, l’ensemble vocal Tourelou a présenté sa revue musicale “Nous on aime la musique country“. “J’ai un amour qui ne veut pas mourir“ de Renée Martel, “Quand on est en amour“ de Patrick Norman, plusieurs titres de Paul Daraiche ou encore le morceau “Quelque chose de Tenessee“ de Johnny Halliday ont résonné avec émotion sous la toile du chapiteau. Spectacle sonore mais aussi visuel : le show était agrémenté de passages de danse en couple, apportant encore une autre dimension aux chansons d’amour. Moment d’émotion aussi lors de l’arrivée de Guylaine Tanguay, figure de la musique country québécoise, sur scène pour interpréter ses chansons en compagnie de l’ensemble vocal. “C’est encore plus beau que ce que j’imaginais ! Je vais trouver le moyen de refaire un show avec vous un jour parce que c’est vraiment génial de chanter tous ensemble“ a déclaré l’artiste aux 30 années de carrière. On espère nous aussi avoir la chance de revoir une telle performance ! L’ensemble a même été rejoint par Patrice Michaud notre artiste passeur, grand amateur de musique country.

Les huit participants à notre programme Destination Chanson Fleuve étaient réunis pour un concert commun en milieu d’après-midi. Point d’orgue de ce “road trip“artistique débuté à Montréal en juin, le show avait pour objectif de présenter les chansonneurs aux festivaliers, invité à voter pour leur artiste favoris.

Chaque participant avait 2 chansons pour séduire l’auditoire et tenter de remporter le prix du public Hydroquébec. Pop accrocheuse avec Alex Météore, Antoine Aspirine et Mélodie Spear, Folk/Blues d’Ariane Roy et Tom Chicoine, chansons douces et mélancoliques d’Etienne Coppée, Rock énervé d’Alice Animal ou Pop décalée de Simon Kearney… Il y en avait pour tous les goûts et pour tous les styles, chaque chansonneur développant un univers à la fois personnel et original.

À 23h30, les spectateurs ont embarqué sur les routes du Rock brut et saturé en compagnie de Caravane. Depuis 2013 et avec trois albums à leur actif, le band a développé un univers captivant qui prend toute sa substance sur scène.

Dès les premières notes du show, c’est une véritable déferlante de décibels qui est arrivée dans la face de l’auditoire. Les riffs diablement efficaces ont rapidement fait danser et chanter le public, tout comme les musiciens eux-mêmes qui n’ont pas hésité à sauter, à se déhancher, voire à descendre carrément de scène pour se joindre à la foule. Les compositions sont méchamment percutantes, dansantes et accrocheuses, flirtant même avec le Hard Rock par moments. Le public s’est laissé emporté par une telle énergie, par les envolées guitaristiques et vocales, les soli épiques et la puissance du son. Prenant et intense le show de Caravane a fait plutôt l’effet d’un bulldozer. Nul doute que le quatuor saura se tailler une place de choix parmi les formations phare du Rock québécois.