fbpx

C’était un double plateau franco-québécois pour la fin de cette neuvième journée du Festival en Chanson. Le Chapiteau de la Vieille Forge a accueilli la révélation Rock française Radio Elvis qui jouait pour la première fois à Petite-Vallée.

Après avoir écumé les scènes de l’hexagone depuis 2017, le groupe parisien venait au Québec avec un public à conquérir. Leur rock moderne teinté d’électro a rapidement séduit les curieux. Il faut dire que les titres ont été clairement taillés pour la scène : mélodies dansantes, refrains entrainants, le style de Radio Elvis se veut accrocheur et rythmé. Une belle découverte !

Comme Lydia Képinski l’a elle-même résumé dans une entrevue donnée sur Radio Canada à propos de son premier album : “ça passe ou ça casse“.

Depuis ses premiers pas dans le paysage artistique québécois en 2016, le personnage divise, tout autant que son œuvre, et c’est aussi ça qui fait son charme. Des textes sombre, un univers quelque peu sinistre, le tout sur une musique de dancefloor : un pari risqué pour la jeune femme mais qui lui aura permis de se faire une place unique et originale dans le monde de la pop. Modernes et ambitieuses, ses compositions toujours soignées sont bourrées de créativité. En ne s’imposant aucune limite, Lydia Képinski a réussi à imposer son propre style.

Salomé Leclerc était de retour à Petite-Vallée comme chaque année depuis trois ans. Tombée en amour avec la place en 2006 après avoir participé aux “Rencontres qui chantent“, l’artiste s’est dit “fière de venir présenter [son] nouvel album ici“.

Cette troisième offrande, “Les choses extérieures“, poursuit le chemin tracé par la chanteuse dans le paysage Pop/Rock mélancolique et poétique depuis 2011. Sur scène elle se montre aussi bien à l’aise en configuration groupe de Rock, seule sur les planches avec sa guitare, ou bien accompagnée d’un percussionniste. Sa voix envoutante, à fleur de peau et toute en nuances, a suffi à nous transporter. Si vous n’avez pas assisté au concert, offrez-vous une séance de rattrapage en visionnant “Nos Révolutions“, le clip aux allures de court-métrage tourné en partie à Grande-Vallée.

Dernière session Dans l’shed pour cette édition 2019. C’est en configuration électrique que nous avons retrouvé les deux amis cette fois, accompagnés d’un percussionniste et d’une contrebassiste.

Un show en band qui a repris une bonne partie des titres joués tout au long de la semaine durant les sessions Dans l’Shed à Léon : “Motel du miracle“, “Pépé du pénitencier“, “Rue des dames“ inspiré par la rue du même nom à Paris. Des histoires dans lesquelles le public a pu se reconnaitre et a repris en chœur certains refrains. “On passe toujours des moments magiques ici à Petite-Vallée“ ont affirmé les musiciens, promettant une sixième édition l’année prochaine !

Au même moment c’était l’ensemble vocal Tocadéo qui se produisait dans l’église de Grande-Vallée !